Où allons nous ?

Publié le

Je n'ai pas souvent l'occasion de faire des dons. Pourtant il y a toutes sortes de dons à faire, mais les classes moyennes comme nous sont déjà tellement taxées de TVA, CSG, impôts locaux, impôts sur le revenu, TIPP... que reste-t-il à donner quand on a déjà du mal à boucler le mois ?
Du temps, certes, mais il se fait également rare quand le temps de trajet vers le travail se rallonge et que la famille s'agrandit... Du sang ? Je n'ai jamais réussi à le faire, déjà donner quelques flacons à analyser me font presque tourner de l'oeil...

Et voilà que j'ai du lait. Plein de lait ! A en revendre presque... voilà ce que je peux donner ! J'ai donc pris contact avec le lactarium de Bordeaux pour offrir mon surplus de lait qui servira à nourrir les bébés prématurés incapables de digérer des laits artificiels fabriqués à base de lait de vache et que leurs mamans ont parfois les plus grandes difficultés à nourrir compte tenu de la situation.

Il me faut donc faire une prise de sang afin de leur permettre de me faire un bilan sur les sérologies, certaines maladies étant transmissibles dans le lait humain. Comme j'ai encore la dernière prise de sang pour la toxoplasmose à faire, le lactarium me remet de matériel nécessaire afin que mon labo habituel puisse simplement remplir 2 flacons de plus après m'avoir piquée pour la toxo. Le lactarium fera les analyses lui-même puisque la sécurité sociale n'a pas à prendre en charge les frais liés à ce don. Tout semble parfait.

Ce matin donc, je me rends au labo et j'explique mon cas à la secrétaire. Elle ne sait pas comment ça se passe, elle n'a jamais eu le cas, je lui réponds en souriant que c'est malheureusement vrai du fait que les dons de lait sont trop rares, elle en convient et part se renseigner. A son retour elle m'informe qu'il n'y a pas de souci pour effectuer le prélèvement mais me prévient toutefois que l'acte me sera facturé.

Comment ? Me facturer une prise de sang alors que je viens pour un acte qui leur sera payé (la prise de sang pour la toxo) et que je leur demande juste de me rendre le service d'en profiter pour remplir 2 flacons de plus pour m'éviter d'être piquée 2 fois ???

Le feu me monte aux joues et je lui fais part de ma profonde déception de les voir si peu coopératifs pour un don de lait ! Il n'est pas question que je doive payer quoi que ce soit alors que je donne déjà de ma personne ! Elle ne veut pas en débattre avec moi, elle n'est pas décideuse et me propose d'en reparler avec la personne qui me piquera. Je peux aller en salle d'attente où l'on m'appellera.

Je commence donc à marcher de long en large dans la salle d'attente d'un pas décidé, d'une part pour rendormir Léana que je porte dans l'écharpe et qui s'est réveillée, mais aussi pour passer mes nerfs car ma colère monte face à cette réponse. A la limite si on m'avait dit "Désolée mais ce n'est pas possible", bon d'accord, mais non ! "Ok mais il faut payer !"

La laborantine qui doit me piquer tarde à venir et quand elle se présente enfin elle me salue en me tendant une main déjà tremblante. Je la précède jusqu'à la cabine de prélèvement et aussitôt la porte fermée je lui demande si c'est avec elle que je dois m'entretenir de ma demande. Elle me répond que oui et je lui manifeste aussitôt mon incompréhension de façon très directe : dans quel monde sommes-nous qu'il faille faire du profit sur tout, y compris un si petit geste ? C'est pas sympa, c'est même écoeurant ! Elle me dit qu'elle n'a pas à travailler gratuitement, qu'ils doivent bien gagner leur vie etc... J'en conviens, je ne suis pas venue demander ce geste de façon isolée, je profite d'un autre prélèvement (qui leur est payé) pour le faire compléter et je suis venue dans ce labo toute ma grossesse, autant dire que je leur ai fait gagner leur vie déjà !
Je commence à lui promettre une mauvaise pub tellement je suis déçue, mais je sens qu'elle est à 2 doigts de flancher, elle argumente mais ses mains tremblent très fort et les larmes lui montent aux yeux. Je lui reparle du fait qu'il s'agit d'un don et que je lui demande ce service simplement pour m'éviter d'être piquée 2 fois, combien coûte donc l'acte de piquer pour qu'elle ait un tel manque à gagner ???

Réponse : 3 euros !! J'hallucine ! Finalement elle commence à me dire qu'elle n'est pas la patronne, que dans le principe elle n'aurait rien contre mais qu'elle n'en a pas l'autorisation, qu'elle risque sa place si ça se sait, et accepte finalement de faire ce prélèvement du moment que sa patronne et la secrétaire ne sont pas au courant... Je lui indique que cette réponse me parait bien plus humaine, je peux comprendre sa situation bien mieux que son refus pur et simple, et pour terminer elle me fait le prélèvement tout en s'épanchant longuement sur les conditions de travail dégradées dont elle doit s'accommoder. Économies de bouts de ficelle, pression, même dans un labo on travaille pour le profit ! Le monde médical est perverti par l'appât du gain à tous les étages, peu importe l'humain, le but initial de ces professions !
Je me rends compte qu'ici comme presque partout maintenant, les salariés sont maintenus dans un état de fragilité psychologique volontaire, la menace du renvoi plânant au dessus de toutes les têtes... Je l'écoute donc attentivement et je compatis à sa situation, je sens qu'elle est très sincère, les yeux encore brillants.

Suis-je trop naïve ou idéaliste, je suis tombée de haut encore aujourd'hui, mais je suis soulagée quand même d'avoir réussi à toucher cette personne au point qu'elle ait changé d'avis, nous nous sommes dit au revoir avec la satisfaction d'avoir fait toutes les deux un bon geste, dommage qu'il ait fallu qu'elle le fasse dans le dos de sa patronne...

Publié dans Nathalie

Commenter cet article

flory 02/06/2008 19:56

Voilà un don qui te va à ravir toi qui sait si bien défendre les bien faits du lait maternel... C'est super ;-) Comment ça se passe concrètement ? le lactarium se déplace chez toi pour venir chercher les petits bibs de lait ?Par contre j'hallucine au sujet de la prise de sang !!!! ce n'étais que 2 tubes !!! Devoir batailler pour ça !!! Tu as l'impression de devoir faire l'aumône pour tout !!! 

Nath 09/06/2008 18:24


Concrètement, le lactarium me fournit le matériel nécessaires : biberons en sachets stériles, tire-lait (rudimentaire, c'est le petit tire-lait en verre avec la poire en plastique, le but n'est pas
de stimuler la lactation mais juste de recueillir le surplus), pastilles de stérilisation à froid pour le tire-lait et étiquettes pour identifier les biberons de mon nom et la date du
prélèvement.
Je recueille l'éxédent de lait sur le sein opposé à celui que prend Léana et je le mets au frigo. A la fin d'une journée je réunis tous les petits prélèvements du jour dans un bib de la taille
adaptée et je le place au congélateur.
Chaque semaine, une sage-femme du lactarium me rend visite pour récupérer les biberons dans mon congélateur. A l'occasion on parle de la petite et de l'évolution de l'allaitement, si j'avais besoin
de conseils elle serait disponible pour m'aider.


Flo 02/06/2008 14:56

en plus, si tu avais déjà le matériel et le flacon, on ne peut pas dire que ca lui coutait en plus quoi 2 mn peut etre ? C'est vraiment pas grand chose.Au fait, la SF chez toi ne fait pas de prise de sang ?

Nath 02/06/2008 15:03


Si bien sûr, mais sachant que j'avais de toutes façons une prise de sang à faire et n'appréciant pas particulièrement ça, elle a trouvé logique que le labo fasse d'une pierre 2 coups, d'autant
qu'il semble qu'habituellement ça ne pose pas de problème !

Si elle n'avait pas fini par céder, la SF me l'aurait fait... un bras le matin, l'autre bras l'après-midi, ça aurait été assez ridicule...