Mirage doux-amer

Publié le

Par une belle journée, nous sommes au parc avec les filles.

Maëlis joue à la balançoire ou aux toboggans, et Léana a faim donc je vais m'installer sur un banc pour lui donner la tétée. Une dame très âgée s'installe à côté de moi et commence à évoquer avec moi ses souvenirs d'allaitement, elle qui a eu 5 enfants. Puis une autre vieille dame passe à proximité et ma voisine de banc l'invite à nous rejoindre :

- Mamie, venez vous asseoir près de nous il y a de la place !

Sa façon de l'appeler Mamie m'interpelle, mais entendre cette dernière lui répondre avec cet accent italien si caractéristique me chavire. Elle s'installe entre nous et les dames échangent quelques mots sur la météo avant de tomber dans un silence contemplatif des enfants qui jouent devant nous.

Léana tète et tout en plongeant mes yeux dans son regard, je sens les effluves d'eau de Cologne de cette mamie. Je ne la regarde pas en face mais je vois sa main ridée et tannée qui a l'air d'être douce, posée sur sa robe en synthétique fleuri, j'entends sa respiration laborieuse... et l'illusion s'installe complètement. Pendant quelques instants j'ai vraiment l'impression d'être assise à côté de MA Mamie. Je ne regarde pas la dame pour ne pas rompre le charme, ça fait tellement de bien même si ça blesse à la fois. Je joue à me dire qu'elle est là, tout simplement, silencieuse à côté de moi et qu'elle regarde Maëlis jouer pendant que Léana tète...

Mais la réalité est là, Mamie ne connaîtra jamais Léana. En lui faisant faire son rot ce constat m'accable et je m'en vais bien vite de là, les larmes aux yeux de n'avoir pas pu faire ce que j'aurais fait si elle avait vraiment été près de moi : la serrer fort dans mes bras.

Cette dame je ne la connais pas, j'ai à peine entrevu son visage, mais elle m'a inspiré beaucoup de tendresse. Sans le savoir ni même le vouloir, elle m'a fait un peu de bien et un peu de mal à la fois...

Dimanche, Véro a donné naissance à ta quatrième arrière petite fille, Nina.
Tu nous manques Mamie.

Publié dans Nathalie

Commenter cet article

véro 12/09/2008 12:34

Etant rentrée hier de la maternité je viens de lire ton article. Fabien m'avait déjà fait part qu'il était très émouvant avec plein de trémolo dans la voix, lui même ayant vécu il y a un peu plus d'une semaine ce que nous avons vécu le 27/10/2007. Le jour de l'enterrement de la grand-mère de Fabien j'ai ressenti aussi la présence de mamie, comme si elle était présente dans cette église pour acccueillir Louise LUCET. Il faut dire que je la ressens partout à chaque instant dans les lieux qui la représentent.En tout cas je comprends mieux les trémolo dans la voix de Fabien et moi qui n'avais pas encore "baby blousé" j'en suis toute retournée. C'est un très bel article et une belle expérience. Admnistrativement parlant Nina s'appelle Nina Louise Norina LUCET.Véro

Alain HAHN (Parrain) 10/09/2008 23:19

Trés sensile et bouleversé par ce récit d'un moment d'évasion mystique. Ceux qu'on a tellement aimé ne sont jamais loin.Ils sont les discrets sémaphores qui nous détournent du mauvais pas  qui nous guettait. J'aime ces efluves du temps passé qui nous rappellent à quel point la vie est riche en émotions diverses.Mille bisous à toutes les Mamie et leurs ombres...Tonton Alain

Fabien 10/09/2008 22:27

Ayant enterré ma grand-mère paternelle lundi 1° septembre, ce que tu as raconté là m'a bcp touché ... Je suis de nouveau papa depuis dimanche 7, et je suis triste de pensé qu'a quelques semaines près, elle n'a pu voir ma seconde fille Nina.Dieu seul sait si la réincarnation existe, mais si cette présence t'as autant touché, pourquoi ne pas croire qu'une partie de cette mamie était la tienne, et qu'elle a donc assité au spectacle de cette fin d'après-midi, tout près de toi.

lolo 10/09/2008 19:12

c'est un joli témoignage que tu nous offres!!mamie serait fière de toi et de tes filles...elle nous manque, mais tu parleras d'elle à Léana - en faisant des pâtes pour ta meilleure amie, par exemple !!!-

Chris 10/09/2008 18:36